Atelier d’écriture : une photo, quelques mots (147ème)

Écrire, ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de faire. Mis à part mes articles de blog, je ne me suis jamais vraiment amusée à composer des petits textes, juste pour le plaisir. Mais l’atelier d’écriture de Leiloona m’en donne l’occasion. Ce n’est certainement pas la composition du siècle, mais ça me donne envie de m’y mettre régulièrement histoire de progresser. Allez lire les écrits des autres participants, certains sont vraiment poignants !

On les repérait à leur éternel parasol à fleurs. Le motif me rappelait celui qui habillait les murs de l’ancien appartement de ma grand-mère, et qui ne les avait pas quittés depuis les années 1960. Autant dire que le papier peint n’était pas de la première fraîcheur. Le parasol non plus, mais ça ne les empêchait pas de le planter avec détermination dans le sable, avec cet air qui disait : “il a tenu 30 ans, il tiendra bien 30 ans de plus !”

Chaque année, je revenais à la plage, la même plage depuis mes plus tendres années, et chaque année ils étaient là, cachés derrière leur parasol à fleurs. Ils avaient tout prévu : la petite chaise pour monsieur, le tapis de sol pour madame, la bouteille de limonade, les coussins, les maillots de bain. Depuis quand s’installaient-ils à cet emplacement précis, proche de la mer, mais pas assez pour que les vagues viennent leur chatouiller les orteils ?

J’aime à imaginer leur histoire. Lui, le regard perdu au loin, à l’horizon, rêvant de voyages en bateau et de folles épopées. Elle, la tête entre les bras, le regard vers le bas, perdue dans ses pensées tout en sentant le soleil d’été lui caresser la peau. Ils plongent chacun dans un autre monde, voguent vers des ailleurs qu’ils n’atteindront jamais vraiment. Le parasol, ce maudit et modeste parasol, est leur protection.

Ou alors… Ou alors rien de tout ça. Ils sont en vacances, leurs petits-enfants ne sont pas là et ils en profitent pour se reposer. Ou bien ils ne se supportent plus : elle regarde d’un côté, il regarde de l’autre. Et moi, qui les observe depuis des années, je projette sur eux mes propres rêves, ceux que je n’ose pas réaliser. Moi qui, tous les ans, comme eux, revient sur cette même plage sans plus savoir pourquoi.

 

Publicités

22 réflexions sur “Atelier d’écriture : une photo, quelques mots (147ème)

  1. Une première participation réussie !
    Tu écris très bien, je me suis laissée prendre dans l’histoire 🙂
    Hâte de lire tes prochains textes 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s