[Musique] Honeymoon de Lana del Rey

Ce ne serait pas exagérer que de dire que Lana del Rey m’accompagne depuis maintenant deux ans. D’abord avec Born to Die, qui a été une petite révolution dans mon paysage musical. L’atmosphère qui s’en dégageait me rappelait les années 1940 à 1960 aux États-Unis, ce côté américain un peu décadent, loin des talk shows et de Disneyland. Cet aspect est encore plus prononcé dans Ultraviolence, qui m’évoquait les films de David Lynch et me plonge à chaque fois dans une autre dimension. C’est un album sombre, mais extrêmement riche, qui se bonifie avec le temps. Vous comprendrez donc que j’attendais avec grande impatience la sortie d’Honeymoon, surtout après le teasing qu’il y a eu sur sa chaîne Vevo… Autant cracher le morceau tout de suite : je n’ai pas été déçue. Et c’est là que réside toute la beauté de la chose : Lana del Rey parvient encore à me surprendre.

On retrouve dans Honeymoon ce qui a fait le succès des deux précédents albums : une voix suave, des rythmes envoûtants et des paroles qui sont à dix mille lieues de ce qu’on peut entendre à la radio en ce moment (la poésie n’est pas morte, ça fait toujours plaisir). Elle a d’ailleurs emprunté à T.S. Eliot ces lignes :

What might have been and what has been
Point to one end, which is always present
Footfalls echo in the memory
Down the passage which we did not take
Towards the door we never opened
Into the rose-garden.

Plus épuré que son prédécesseur, il fait appel à une nouvelle forme de noirceur, plus insidieuse. Les différents morceaux évoquent la Californie, la plage, le soleil, le voyage, mais aussi la désillusion, la mélancolie, la tristesse, le désespoir. L’artiste joue sur les contrastes et parvient encore une fois à nous transporter dans cet espèce de limbe entre la réalisation du rêve américain et son effondrement. Elle parsème aussi ses morceaux de références à peine voilées : une diction qui rappelle les Beach Boys à la fin de « The Blackest Day », le “light up my life” de « God Knows I Tried » qui fait penser à Lolita de Nabokov — sa fascination pour cette œuvre est évidente, puisqu’on retrouve les premiers mots du roman dans « Off To The Races » (Born To Die) —, et « 24 » qui pourrait être digne d’un générique de James Bond.

1401x788-images-uploads-gallery-21-lana-del-rey-honeymoon-neil-krug

C’est cet univers mi-Tim Burtonien, mi-âge d’or hollywoodien qui me fascine chez Lana del Rey. Elle a l’élégance d’une actrice des années 1950-1960, elle a cette voix surnaturelle, et ce style musical à la fois « morbide » et lumineux. *full-on fangirl mode* Elle fait son truc dans son coin sans rien demander à personne, se fout plus ou moins du star-system et fait preuve d’une humilité qui force le respect. J’ai eu l’occasion de visionner quelques-unes de ses interviews sur Youtube : je m’attendais à une chanteuse un peu déprimée et renfermée, et je suis tombée sur une femme un peu intimidée, mais qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui a la voix d’une petite fille (étonnant, non ?). Sinon… Pour en revenir à l’album lui-même, je ne résiste pas à l’envie de vous dire quelles sont mes chansons préférées. Nous avons tout d’abord « God Knows I Tried » qui me parle beaucoup. Lana del Rey y parle de son expérience, de la façon dont la célébrité peut changer la façon dont vous vivez, voire vous détruire. Ensuite, je mentionnerais « Salvatore », morceau qui se démarque des autres par son côté rétro-italien qui surprend puis séduit. Enfin, « The Blackest Day » qui est une petite réussite grâce à ces changements de rythme, comme si on avait mélangé 3-4 chansons pour en faire une seule. Et pour achever cet article en beauté, et vous convaincre de donner une chance à Lana del Rey…

Publicités

4 réflexions sur “[Musique] Honeymoon de Lana del Rey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s