2015.

Quand je repense à 2015, l’expression « année blanche » me vient immédiatement : une année plate, quasiment inexistante, presque comme s’il ne s’était rien passé ou que je l’avais traversée sans m’en rendre compte. Pourtant, quand je reviens sur tous les événements qui ont ponctué ces 12 derniers mois, tant d’un point de vue global que personnel, je me rends compte que 2015 n’était peut-être pas si « pauvre » que ça… Et que cette impression est surtout due au fait que j’ai été en apnée tout du loin, sans avoir eu la présence d’esprit de sortir la tête de l’eau pour reprendre mon souffle — et lorsque je tentais de le faire, toute la misère du monde me sautait au visage : les attentats, les guerres, les ravages causés par le réchauffement climatique, le ridicule de nos politiques. En résumé, j’ai fait l’autruche toute l’année, me concentant de suivre mon petit bout de chemin en mode automatique, en me posant tout un tas de questions, mais sans prendre le temps de véritablement y répondre… Et en ne savourant pas forcément toutes les belles expériences que j’ai pu vivre. Alors, comme pour exorciser tout ça et pour comprendre pourquoi je ressens ce « vide », j’ai eu besoin de me faire une petite liste mentale de toutes les choses négatives qui ont eu lieu cette année. Partant de là, je me suis rendue compte qu’au milieu de toute cette noirceur, il y avait tout de même eu quelques beaux moments.

Lire la suite »

[LMA + roman] The Moving Finger d’Agatha Christie

J+3 : Quoi de mieux pour une LC Polar anglais qu’un roman d’Agatha Christie ? Je n’ai d’ailleurs pas été la seule à faire ce choix puisque nombreux sont les participants qui se sont lancés dans une enquête d’Hercule Poirot, Miss Marple ou encore Tommy et Tuppence Beresford. Après avoir hésité quelque temps, j’ai finalement décidé de lire The Moving Finger, La Plume empoisonnée en français, et je ne le regrette absolument pas !

81+sYiMj-vL._SL1500_

Victime d’un accident d’avion, Jerry Burton quitte Londres pour un petit village du fin fond de l’Angleterre sur ordre de son médecin : l’idéal serait un hameau sans histoire, où l’on peut respirer l’air pur de la campagne et profiter du calme et de la tranquilité des lieux. Le choix de Jerry et de sa sœur, Joanna, se porte sur Lymstock. Les premiers temps sont rudes, les deux jeunes gens étant habitués au tumulte de la capitale, mais la santé du jeune homme s’améliore néanmoins de jour en jour. Mais un matin, une lettre anonyme déposée dans leur boîte aux lettres met fin à cette paix : Jerry découvre bien vite que la plupart des habitants de Lymstock a déjà été la cible de ce corbeau. Quand Mrs. Symmington, la femme du notaire, se suicide, il commence à se demander si les deux événements ne seraient pas liés…

Lire la suite »

[LMA + Radio] Cabin Pressure

J+1 : Pour cette première contribution au mois anglais, j’ai choisi de vous parler non pas d’un roman, d’un film ou d’un album, mais bien d’une émission de radio britannique créée par John Finnemore et diffusée en 2008 et 2014 sur BBC Radio 4. Je vous préviens tout de suite : vous ne pourrez pas ne pas craquer !

Imaginez une compagnie aérienne composée d’un avion de 16 places et d’un équipage de 4 personnes toutes plus excentriques les unes que les autres. Le capitaine, Martin Crieff (Benedict Cumberbatch), n’a obtenu le droit d’exercer en tant que pilote qu’au bout de son 7ème essai et est plus souvent considéré comme co-pilote que pilote, ce qui a tendance à le faire sortir de ses gonds. Son second, Douglas Richardson (Roger Allam), travaillait pour Air England avant de se faire renvoyer pour contrebande. Caroline Knapp-Shappey (Stephanie Cole) est pour ainsi dire la directrice de la compagnie « MJN Air », mais fait aussi office d’hôtesse de l’air. Elle lutte pour maintenir son entreprise à flots en réduisant les coûts le plus possible, ce qui n’est pas toujours du goût des autres membres de l’équipage. Arthur Shappey (John Finnemore), le fils de Caroline, est un peu « limité », mais terriblement optimiste bien que toujours là où il vaudrait mieux qu’il ne soit pas. Vous pensez bien qu’avec une bande de bras cassés pareils, chaque voyage est une aventure ! À chaque épisode correspond donc une nouvelle destination. Que l’équipage atteigne cette destination ou non, c’est un tout autre problème. Comment sont choisies les destinations ? Vous prenez chaque lettre de l’alphabet, vous trouvez une ville de préférence improbable — comme Qikiqtarjuaq pour la lettre Q — et vous avez le titre de votre épisode.

Lire la suite »

Bilan | Février 2015

Je sais pas où est passé février, ce petit coquinou, mais je sais que je suis passée complètement à côté. J’étais ailleurs, j’ai pas du tout profité de mon temps libre, il faisait moche et j’ai mangé des crêpes. Cette sensation de voir défiler les jours sans pouvoir les différencier les uns des autres est assez désagréable : je suis assise sur un banc et je regarde la vie des autres défiler sans vivre la mienne. Ce mois-ci, justement, j’ai enchaîné films et épisodes de séries quasiment non-stop, mettant de côté mon mémoire et mes cours, préférant me concentrer sur le virtuel et le fictif plutôt que sur le réel. J’ai beau frôler l’overdose, impossible de m’arrêter. Comme dirait Ron, il faudrait que je revois sérieusement l’ordre de mes priorités. Mon objectif pour mars ? Me remettre dans le bain, faire en sorte qu’étudier ne soit pas un tel fardeau, ré-apprendre à écouter et à “supporter” les autres (plus on s’enferme, plus il est difficile de sortir, non ?) et surtout… Respirer. Mais pour l’heure, voici le bilan de février !

Lire la suite »

Bilan | Janvier 2015

Nous sommes déjà le 31 janvier, tout est normal. D’ordinaire, le premier mois de l’année a aussi la réputation d’être le plus pourri : il fait froid, les employés de mairie enlèvent les décorations de Noël, on s’enfile des galettes jusqu’à n’en plus pouvoir (record cette année : 5 « galettes »…), puis certains ont leurs partiels, d’autres reprennent les cours. Bref, pas très jouissif. Je dirais pas que j’ai passé 31 jours formidables, mais c’était moins affreux que les années précédentes (ce qui m’incite à penser que février sera bien dégueulasse). J’ai peu « lu », mais j’ai regardé pas mal de séries, j’ai écouté pas mal de musique et je me suis enfin intéressée aux articles qu’on peut lire sur internet, qu’il s’agisse d’articles de presse, de blogs, ou de sites dédiés à la culture en général. Janvier a aussi apporté son lot de doutes, d’où le besoin de me réfugier dans mes séries chéries. Des hauts, des bas… Comme diraient les anglophones : « cey la vie ».

Lire la suite »